Courrier à Monsieur Adrien Taquet au sujet d’un projet de centre de référence enfance maltraitée

Je soutiens ce projet de centre de référence en cliquant ici

Le 18 octobre 2019,

Projet de centre de référence en protection de l’enfance maltraitée

Monsieur le Ministre,

Nous avons vu que vous avez émis un plan pour renforcer la protection de l’enfance et nous vous remercions de tous les efforts que vous menez.

Cependant il nous apparaît qu’il manque un point central à toutes ces préconisations qui est le manque de structures expertes dans la capacité d’évaluer médico-psychologiquement les enfants maltraités afin de donner des avis éclairés sur les conduites à tenir en matière de protection. Nous avons vu que vous défendiez les UAMJ qui sont selon nous aussi des structures importantes pour aider la justice pénale à recueillir la parole des mineurs mais elles demeurent insuffisantes pour assurer la protection des mineurs dont ce n’est nullement l’objet. Et ces structures ne sont accessibles qu’en cas de plaintes ou signalements et sont conçues pour des évaluations rapides et ponctuelles centrées sur les traces physiques. Autrement dit la dimension de l’évaluation psychologique n’est que trop rarement abordée et aucun suivi n’est possible.

Et il reste ces milliers d’enfants pour lesquels aucun signalement n’est réalisé ou aucune évaluation UAMJ ordonnée.

Si certaines mesures ont été prises récemment avec des projets de consultations pour les victimes, ceux-ci ne concernent que les adultes et aucun n’est dédié spécifiquement aux enfants. Or les enfants ont besoin de professionnels spécialisés et de lieux spécifiques.

Nous nous permettons d’insister de nouveau auprès de vous pour rappeler au gouvernement que des milliers d’enfants maltraités ne sont pas protégés par manque de formation des professionnels, du fait d’un système judiciaire qui n’est pas adapté pour la protection des mineurs et qui fait que nombre de procédures judiciaires n’aboutissant pas faute de preuve ou d’aveu des mis en cause, les enfants retournent chez leurs agresseurs.

Aussi nous avons élaboré un projet de création d’une structure médicopsychologique qui fonctionnerait en partenariat avec l’ensemble des acteurs judiciaires (et pas seulement pénal comme les UMJ) mais aussi sociaux et scolaires, et qui permettrait donc de mieux prendre en compte ces situations et de réfléchir eu sein d’un dispositif pluridisciplinaire aux meilleures propositions de protection possibles. Ce modèle de centre permettrait aussi d’évaluer les enfants placés au long cours, de les suivre et de réadapter les mesures en fonction de l’évolution de l’enfant et de sa famille et cela en toute sécurité du fait d’une évaluation pluriprofessionnelle de qualité. A l’heure où de nombreux services de la protection de l’enfance (UTAMS) sont à bout de souffle, une telle structure pourrait être une aide très importante pour eux. De telles structures sont très répandues aux USA (Child advocacy center) et ont montré leur efficacité. Nous sommes certains qu’un tel centre pourrait apporter une réelle amélioration de la situation. Nous avions présenté en ce sens une première mouture de ce projet à M. Boidin, votre conseiller en juillet dernier et vous joignons la version actualisée en pièce jointe. Nous vous remercions de l’intérêt que vous y porterez et espérons que vous pourrez nous apporter le soutien nécessaire pour que ce projet puisse se réaliser.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre respectueuse considération.

Eugénie Izard, Présidente

Hélène Romano, Vice- présidente

Maurice Berger, Vice- Président

REPPEA

Réseau de Professionnels pour la Protection de l’Enfance et de l’Adolescence

www.reppea.org

reppea.asso@gmail.com

Voir le projet en cliquant ici

Je soutiens ce projet en cliquant ici (et en remplissant le formulaire)